Programme d’Investissements d’Avenir : 4 Milliards€ pour les entreprises

24 juin 2016

téléchargementLe Président de la République a annoncé le troisième volet du Programme d’investissements d’avenir (PIA). Ce programme, né du rapport « Juppé – Rocard » de 2009 est une démarche originale qui prépare la France aux défis de demain. Elle obéit à trois mots qui en font la marque : l’excellence, l’innovation et la coopération.

Après une dotation de 35 Mds€ en 2010 et de 12 Mds€ en 2014, c’est un montant de 10 Mds€ qui doit être voté (par le parlement en loi de finances) d’ici la fin de l’année et mis à la disposition du Commissariat Général à l’Investissement dirigé par Louis Schweitzer.

Parmi ces 10 Mds€, un montant de 4,1 Mds€ est destiné à l’innovation et au développement des entreprises. Le PIA3 poursuivra des actions de soutien :

  • aux projets innovants portés par des collectifs de PME/start-ups et de laboratoires de recherche ;
  • à la structuration des filières, notamment en appui aux stratégies définies dans la Nouvelle France industrielle ainsi que pour l’agriculture et l’agroalimentaire (rapport Houllier). Le PIA 3 apportera dans ce cadre une dotation supplémentaire au fonds Société de projets industriels (SPI) qui permet de partager le risque d’une première industrialisation des nouveaux produits développés par les entreprises ;
  • à la modernisation des procédés de production des PME, dans le cadre de l’Industrie du futur (automatisation, impression 3D, internet des objets) ;
  • à la formation de la main d’œuvre à ces nouvelles solutions.

Au-delà de l’innovation technologique, le soutien aux PME et ETI sera organisé au regard de deux défis :

  • la rupture des modèles économiques, liée au numérique, afin d’aider les PME à s’adapter pour en saisir le potentiel de développement, ou mieux encore à en être les précurseurs ;
  • la vitesse de développement : dans une économie portée par l’innovation, une croissance rapide est gage de succès.

Enfin, des clauses spécifiques des appels à projets qui s’y prêtent seront introduites pour faciliter l’insertion des entreprises de l’économie sociale et solidaire et des territoires d’outre-mer qui doivent trouver leur place dans le développement de l’innovation.